Démission du conseil municipal

L’avenir du village implique de nouvelles pratiques, une plus jeune génération, un profond renouvellement…

Les termes de ma lettre éclairent ma motivation, prenez en connaissance.

Bonne chance à Christelle MAUNOURY qui va me succéder et à qui je continuerai d’apporter mon soutien et mon expérience.

 

La lettre remise au Maire lors du conseil municipal du 03 avril 2018 :

Gérard LE BASTARD

31 av de la Chardonnière

78124 MAREIL/MAULDRE

Le 3 avril 2018

Monsieur le Maire,

Au cours des années 80, j’avais contribué à un projet de loi porté par M. Rocard relatif au statut des élus. Il comportait notamment les limitations du cumul des mandats et de leur renouvellement, le plafonnement des indemnisations et un âge limite d’exercice des mandats à 70 ans. Le sujet a été débattu, mais aucune suite n’a été constatée alors.

Aujourd’hui, l’impératif d’éthique et de morale dans la vie politique s’impose peu à peu. Je fais évidemment partie de ceux qui trouvent cette renaissance réconfortante.

Je déplore cependant que Mareil reste une caricature des mauvaises pratiques.

Le retour d’expérience du mandat que les électeurs m’ont confié en mars 2014 renforce  l’évidence de cette nécessité de rajeunissement des élus et de modernisation de la gouvernance. Malgré la bonne volonté de quelques uns, l’autocratie régnante et le temps ont fait du conseil municipal un lieu où le partage, la créativité, le dynamisme mais aussi la transparence sont absents. Seul un profond changement des hommes pourra favoriser l’émergence d’une jeune génération de responsables, avec de nouvelles pratiques.

A titre personnel, je reste viscéralement attaché à ces principes. Il est donc compréhensible que je me soumette aux règles ci-dessus, et à la limite d’âge de 70 ans en particulier.

En conséquence, je vous prie d’accepter ma démission du conseil municipal à compter de la réception du présent courrier.

Veuillez recevoir, monsieur le Maire, mes salutations.

Droit de réponse

« En réponse au premier paragraphe des informations générales du CR du conseil municipal du 30 juin 2017

M. le Maire,
Je confirme la remarque de Gérard Le Bastard, il n’y avait aucun lien entre sa remarque concernant la « conception différente des relations humaines » et ma situation personnelle. Si je suis élu ce n’est certainement pas pour obtenir des passe-droits. J’ai suffisamment de respect pour l’action publique, pour ne pas mélanger mon rôle d’élu et mes affaires personnelles, pour lesquelles je n’ai par ailleurs nullement besoin d’avocat pour plaider ma cause.
C’est pour cette unique raison que j’ai décidé de me remettre en conformité avec les règles en démontant mon abri de jardin.
Pour rappel, vous vous êtes vous-même déplacé à la gendarmerie de Maule pour déposer une plainte à mon encontre suite à une plainte du voisinage ne le trouvant pas à son gout. J’ai été convoqué en gendarmerie, en échappant à une prise d’empreinte uniquement grâce à la bienveillance du gendarme (bien attristé de devoir me recevoir pour des faits pareils), j’étais passible d’une amende de 4 500 € par le TGI de Versailles pour un simple abri de jardin.
NB : J’ai finalement fait l’objet d’une prise d’empreintes digitales et de photos face et profil fin septembre, lors d’une nouvelle convocation en gendarmerie…
J’attire votre attention sur le fait que j’ai trouvé dans les 500 mètres à la ronde autour de chez moi de multiples cas d’infractions similaires, auxquels s’ajoutent les excès de vitesse, le non respect de sens interdits, le stationnement récurrent (pour ne pas dire permanent) de véhicules sur les trottoirs, voire la mise en vente de véhicules sur les parkings municipaux.
Sans nul doute est-ce plus judicieux et exemplaire de se déplacer en gendarmerie pour porter plainte pour un abri de jardin que pour faire respecter des règles qui concernent la sécurité de nos concitoyens, que nous vous signalons pourtant depuis 4 ans. C’est sans nul doute bien là votre sens de la démocratie.
Je tiens enfin à pointer le clientélisme dont vous faites une nouvelle fois preuve en portant publiquement un fait somme toute singulier, en réaction à un quiproquo grossier mais qui vous permet de donner la preuve de votre action aux « plaignants » qui n’ont sans doute pas osé venir me voir directement.
Cela fera certainement sourire même ceux qui ne vous  connaissent pas…
Christophe DEBAYLE »

Démission du conseil municipal

Démission du conseil municipal

Lors du conseil municipal du 13 mars dernier, j’ai chargé mes collègues élus MEA de transmettre au maire ma lettre de de démission de mon mandat de conseillère municipale.
Depuis la rentrée 2015, je vis une partie du temps en Pologne où mon mari est actuellement en poste et où mon plus jeune fils est actuellement scolarisé.
Après une première année qui avait valeur de test et au cours de laquelle je me suis arrangée pour concilier mon engagement et mes contraintes familiales, notre expatriation a été amenée à se prolonger.
Je reste contribuable et électrice à Mareil où je suis présente de façon très régulière, cependant je considère que la fonction d’élu(e) municipale implique une résidence permanente sur la commune et une disponibilité que je n’ai plus aujourd’hui .
Je reste impliquée dans le bureau de l’association MEA au sein de laquelle je continuerai à soutenir et relayer le travail de mes collègues élus.
Vous trouverez de plus amples informations sur mon remplacement dans le compte-rendu du conseil municipal du 13 mars 2017.

Délits à Mareil

Délits à répétition à Mareil sur Mauldre

Véhicules volés, vandalisés, capot découpé, pneus démontés, tentative de vol de batterie et effractions diverses … il ne se passe pas une semaine sans que l’on entende que les uns ou les autres ont subi ce type de préjudice à Mareil.

Bien informés que le village n’est pas surveillé, les malfrats viennent tranquillement y faire leurs courses…

Malgré ça, et après au moins 4 années où, sur le dossier de la vidéo surveillance, on nous souffle le chaud et le froid pour mieux masquer le défaut de réelle initiative, la pose de caméras n’est toujours pas effective.

A défaut d’empêcher les actes délictueux, elles seraient peut-être dissuasives et permettraient d’aider à l’identification des malfaiteurs et des véhicules utilisés pour commettre leurs méfaits. Ceci serait particulièrement vrai au niveau de la résidence où il n’existe que 2 entrées et sorties faciles à mettre sous surveillance ainsi que pour le parking de la gare qui a été également été le théâtre d’agressions.

Malheureusement, on ne peut que constater l’immobilisme de la municipalité sur le sujet.

Puisque le maire aime les calculs…

Puisque le maire aime les calculs…

Dans son éditorial de « Votre Village » de janvier, le maire se livre à un petit calcul pour montrer que toute la part d’impôts payée à l’Intercommunalité (200€) ne sert qu’à payer le FPIC (Fond de Péréquation InterCommmunal, entre collectivités riches et pauvres) prélevé par l’Etat.

Nous traitons cette question de fond par ailleurs, mais jouons nous aussi !

Calcul similaire : savez vous que sur la part communale du même impôt local, la même somme, 200€ par foyer fiscal de Mareil, ne sert qu’à payer les indemnités mensuelles du maire (1650 €/mois comme maire + 950 €/mois comme vice-président de l’intercommunalité + autres indemnités de présidence de syndicats : 100 € à chaque fois), et de ses adjoints (650 €/mois chacun + présidence de syndicats), et leurs retraites ultérieures ?…